URPCI - FORMATION REGIONALE : les journalistes formés sur la notion de gouvern URPCI | Union des Radios de Proximité de Côte d'Ivoire

FORMATION REGIONALE : les journalistes formés sur la notion de gouvern

URPCI 18 Déc 2015
Panos en partenariat avec l’Union Européenne initie un atelier de formation à l’intention des journalistes de la sous-région. Du 7 au 9 décembre 2015, les journalistes ont pu assimiler les questions phares de gouvernance et créer un réseau à cet effet. Un atelier régional de formation des journalistes organisé par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) et financé par l’Union Européenne, s’est tenu depuis le lundi 7 décembre 2015, à Dakar au Sénégal, précisément à l’hôtel N’diambour. Il a pris fin le mercredi 9 décembre 2015. Cet atelier qui a duré trois (3) jours a visé en effet, à créer un réseau sous régional de journalistes sur la gouvernance. De façon spécifique, il s’est agit entre autres, de renforcer les capacités thématiques des journalistes sur certaines questions phares de gouvernance, de créer les conditions et de mettre en place un réseau de fonctionnement sous régional de journalistes sur la gouvernance, d’élaborer le plan d’action du réseau pour les trois prochaines années. Une trentaine de journalistes y ont pris part. Ils viennent de cinq (5) pays : Sierra-leone, Bénin, Ghana, Guinée et la Côte d’Ivoire. Durant cette formation, ils ont profité de cette occasion pour échanger leurs différentes expériences (difficultés rencontrées dans chaque pays et stratégies de contournement), mais aussi d’approfondir leurs connaissances sur les mécanismes de gouvernance à l’échelle régionale. Plusieurs séries de communications ont été présentées par des personnes ressources à l’expertise avérée. Ainsi, la première journée de l’atelier a été animée par MM. Birahim Seck, Enseignant-chercheur, membre du Forum Civil, Mame Less Camara et Mohamed Guèye, journalistes de générations différentes. La première intervention, celle de Birahim Seck, a porté sur les instruments régionaux et internationaux de gouvernance dans l’espace CEDEAO. A la question de savoir, comment assurer une veille par les journalistes sur ces instruments ? Pour Birahim, il ya 12 principes de la bonne gouvernance au niveau local. Ce sont le principe de participation avec à la clé la participation du citoyen dans la bne gouvernance. Elle est imminente, importante. La société doit donner son avis. La réactivité, principe de bonne gouvernance qui tient compte de l’efficience et l’efficacité. La transparence, la base, le socle de la bonne gouvernance ayant pour corollaire la redevabilité. Aussi, devrons-nous communiquer avec les populations à l’aide des réseaux sociaux. Une gestion financière saine. Le respect des droits de l’homme, la responsabilité à l’obligation de rendre compte. Penser toujours au doute de Descartes qui nous permet de creuser, de se poser des questions d’où le questionnement perpétuel. C’est dans ce sens qu’il faut travailler réellement les méninges. La seconde est relative à la question de savoir Comment aborder les questions de gouvernance dans les productions médiatiques : pièges, contraintes, risques et comment les contourner ? A ce sujet, MM. Mame Less Camara et Mohamed Guèye ont éclairé la lanterne des participants. Avant tout, Libasse Kane, responsable de programme gouvernance à IPAO, a présenté brièvement l’Institut Panos et a également situé les enjeux cette activité issue du projet « Femmes et Médias, partenaires pour une meilleure gouvernance en Afrique en Afrique de l’Ouest ». La deuxième journée qui a lieu le mardi 8 décembre, a eu comme rapporteurs, M. Birahim Seck de nouveau et Mme Amie Joof Famedev. Ils ont entretenu les participants sur des sujets importants, tels : « les normes de passation des marchés publics dans les espaces CEDEAO et UEMOA » et « les instruments juridiques relatifs sur le genre dans l’espace CEDEAO. Après quoi, Libasse Kane a eu des échanges avec l’ensemble des séminaristes sur les bonnes pratiques médiatiques de couverture des questions de gouvernance. Ce qui a été caractérisé par l’expérience de chaque pays. La troisième et dernière journée a été animée par d’autres sujets aussi importants. Ce sont se succédé, Mohamed Guèye, Libasse Hane, Cissé Cbiné et Charles. Ils ont mis en exergue la couverture des évènements internationaux avec l’exemple de Flamme d’Afrique, un organe de l’IPAO; où il ressort que le journaliste doit exercer son travail avec dévotion, avec professionnalisme et doit avoir une culture générale sans faire fi de son adaptation à toute condition voire toute situation qui se présente à lui. Sans toutefois oublier de souligner ‘’le pourquoi d’un réseau de journalistes sur la gouvernance’’. Cette problématique a permis aux facilitateurs d’orienter les journalistes de cet atelier, en vue de la mise sur pied du réseau et de sa pérennisation. Ce qui a nécessité des travaux en groupe et avoir des réponses sur le type de réseau, la structure pour l’animer et le mode de fonctionnement. Lesquelles réponses ayant été adoptés, a conduit à l’élaboration d’un plan d’action sur les six(6) premiers mois et résulté à la création du réseau proprement dit. Partant s’en est suivi l’étape des élections qui a porté Gnorou Jeannette de la Radio Paix Sanwi (Côte d’Ivoire) à la présidence. Elle et son bureau composé de sept(7) personnes venues des pays présents (Sénégal, Bénin, Sierra Leone, Guinée Conakry, Ghana) auront un mandat de deux(2). Il faut tout de même préciser que la présidence sera tournante, ainsi en a décidé l’assemblée. David KOUAME (davidkouame78@yahoo.fr) depuis Dakar(Sénégal)
Autres articles

Communiqués de presse

Communiqué | Publié le 08 Juin 2018

CONFéRENCE DE PRESSE DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DES MéDIAS ET DES ORGANISATIONS PARTENAIRES

Communiqué | Publié le 08 Juin 2018

COMMUNIQUE - AGRÉMENTS DES PROJETS DE CERTIFICATION ET PROGRAMMES DE DURABILITÉ

Communiqué | Publié le 13 Mai 2017

COMMUNIQUé DE PRESSE N° 2 DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DES MéDIAS IVOIRIENS

Communiqué | Publié le 13 Mai 2017

DéCLARATION DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DES MéDIAS IVOIRIENS LE VENDREDI 5 MAI 2017