Mot du Président
DISCOURS DU PRESIDENT A L'AG 2013
Option |
Merci à Monsieur Amadou Gon Coulibaly, Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence, Patron de notre Assemblée Générale, dont nous avons bénéficier d’un appui à travers le Conseiller en Communication du Président de la République. Monsieur Amadou Gon a qui nous exprimons notre gratitude pour sa disponibilité malgré son emploi du temps très chargé. Merci à Madame La Ministre de la Communication, Présidente de la Cérémonie dont nous avons bénéficié de l’appui. Merci au Fonds de Soutien et de Développement de la Presse qui n’a jamais cessé de soutenir notre organisation Merci aux institutions telles que la HACA et le CNP d’être ici . Merci à Monsieur le Maire de Yopougon, Merci aux organisateurs sœurs, UNJCI ,REPMASCI, OLPED, Merci aux partenaires ici présents ; Ambassade des USA ; UNICEF Merci à toutes et à tous d’avoir fait le déplacement pour nous soutenir. Mesdames et Messieurs ; notre rêve était de tenir cette Assemblée Générale hors d’Abidjan et plus précisément à Korhogo au Nord de la Côte d’Ivoire. Pourquoi Korhogo ? A Korhogo parce que pour une fois l’organisation aurait réussi à déplacer toutes les radios a un brassage utile dans une autre des parties de la Côte d’Ivoire. A Korhogo pour magnifier un des dignes fils de la Côte d’Ivoire, un grand commis de l’Etat, un travailleur infatigable et serviteur de l’Etat, Le Ministre d’Etat Amadou Gon Coulibaly, Maire de Korhogo et Patron de notre cérémonie. Korhogo enfin pour rapprocher encore plus les radios de leurs cibles premières ; les communautés au fin fonds de la Côte d’Ivoire. Pour des raisons pratiques ce rêve de vous déplacer tous n’a pas pu se réaliser. Mais ici faites comme si nous étions à Korhogo parce que grâce au Maire de Korhogo cette Assemblée Générale se tient dans de bonnes conditions. Les radios constituent 1/3 du secteur des médias qui progressivement mais surement est en train de s’imposer comme incontournable dans la communication. Qui parmi vous, je dirai nous, n’a jamais rêvé de parler à la radio, qui parmi nous, une fois, dans sa commune, sa sous- préfecture ne cherche pas à avoir les nouvelles de la cité à travers la radio locale. Qui que nous soyons et ou que nous soyons, la radio nous accompagne, change nos habitudes, contribue à notre épanouissement personnel, et apporte le bien-être et la qualité de vie et la population en les aidant à accéder à travers l’information et la communication aux services de base que sont la santé, l’éducation ………. Notre rôle qui est celui d’accompagner le développement local est pleinement jouer aujourd’hui à travers cent vingt (120) radios en Côte d’Ivoire. Notre organisation amorce un tournant important de sa jeune histoire. En février 2013, les membres ont décidé au cours d’une assemblée extraordinaire de renforcer leur constitution en la dotant de textes et d’organes nouveaux ; et s’est justement ces organes qui vont être renouvelées. Le renouvellement de nos organes va donner un sang nouveau à l’URPCI. Créer un organe de contrôle comme le Conseil d’Administration est un autre pas vers la bonne gestion et la bonne gouvernance, toute chose qui crédibilise et rend plus forte notre organisation. Nous allons donc faire l’expérience d’une association avec un organe qui va suivre les actions du conseil exécutif. Notre organisation, il y a à peu près 6 ans, avait le mérite et l’honneur d’exister. Depuis 6 ans, elle a fière allure et ses membres se sont approprié l’organisation. Ils savent où se retrouver à travers l’existence d’un siège. Ils bénéficient des financements et du matériel que nous cherchons pour eux. Ils sont présents partout où on parle de communication. Nous avons des acquis considérables qui se résument de la sorte : - Appropriation de l’URPCI par ses membres. - Capital confiance des partenaires au développement - L’acquisition de matériels - Une présence réelle des radios dans le développement local. Ces succès de l’organisation ne doit point nous faire oublier que nous avons d’énormes problèmes. Nous sortons d’une crise et nos radios ont connu beaucoup de dommages. Elles ont besoin d’un appui plus conséquent de l’état pour se structurer, pour faire ses états généraux, pour faire un bilan de près de 15 ans d’existence. Pour renouveler son matériel, pour être encore plus viable à travers de vrais financements, pour voir ses hommes et ses femmes dévoués, engagés et passionnés de vivre de ce qu’ils savent faire le mieux. Autrement dit, nous voulons voir amélioré, l’environnement social et économique de la radio et des agents de la radio. Une autre préoccupation majeure c’est de voir les radios qui ont été créés pendant la crise pour apporter l’information à nos populations, pour relayer l’information, celle-là même qui dans les ex zones CNO ont sauvé des vies humaines, d’être reconnues par la république parce qu’elles ont servi et continuent de servir les communautés à la base, de soutenir la république. Du haut de cette tribune, je fais un plaidoyer auprès de la haute autorité audiovisuelle présidée par le ministre Ibrahim SY SAVANNE, un ainé qui nous a beaucoup soutenu et qui continue d’être à nos côtés chaque fois que nous en avons besoin ; celui-là même dont la structure nous assiste et nous encadre, de dire le mot, le simple mot, d’accorder ce document qui va aider des jeunes et des femmes à intégrer le tissu social. En accordant dis-je l’agrément qui ouvrira des portes à nos radios, je voudrais aussi demander à la HACA de réviser sa position relativement au décret qui demande de payer trois millions pour avoir une fréquence de radio associative qui est à but non lucratif. Karamoko BAMBA Président du Conseil Exécutif de l’URPCI

Flash info

16-06-2017
Le concours Radio Amie des Enfants de l'URPCI et l'UNICEF est lancé le 16 juin 2017
13-06-2017
Lancement du concours « RADIOS AMIES DES ENFANTS » ce vendredi 16 Juin 2017 à la Maison de la Presse
31-05-2017
Retrait momentané du vote du projet de loi sur la presse du calendrier de l'Assemblée Nationale
27-05-2017
Décès du journaliste Franco-Sénégalais Jean- Karim Fall de France 24, le vendredi 26 Mai 2017
25-05-2017
15 organisations de l’Afrique de l’Ouest pour le retrait de l'article 90 du projet de loi sur la pre
03-05-2017
Célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse le 3 Mai
25-04-2017
L'URPCI AU COTE DE LA RADIO SIKENSI AUX OBSEQUES DE L'ANIMATRICE ANNE GNEZA